Menu Accueil

Immigration enjolivée

Espoirs et incertitudes d’une immigration vers les Etats-Unis de la fin du XXème siècle aux années 1980. Entre désirs et déceptions, l’autrice nous fait connaître la vie d’Andonis Kambanis, le patriarche grec qui déplace toute sa famille dans le pays de tous les possibles… Ce foyer se compose de Suzanne, mère ex-hippie, de Basil, américain d’origine grecque et de Lito, leur fille unique. Ils emménageront à Camden, ville du New-Jersey marquée par un climat social difficile, où se retrouve une immigration italienne, grecque, irlandaise chargée d’espoir. Ils recueilleront Minnie, douze ans, dont la mère est morte de chagrin suite à la disparition de son fils.

EXTRAIT

Minnie prépare son sac et court pour attraper le car du ramassage scolaire, Luisa tire le tabouret de la cuisine et s’assied devant la fenêtre, le rideau ouvert, Minnie court derrière le car qui accélère, Luisa écoute sa respiration, elle s’empêtre dans une avalanche de questions longtemps refoulées « pourquoi, si et peut-être » qui l’enferment dans son corps et la matraque, Minnie perd le car du regard, il prend de la vitesse sur l’avenue et se transforme en un petit point de rien du tout, tremblant sur l’horizon rouge sombre, Luisa prend de profondes inspirations, s’agrippe la poitrine et s’écroule sur le sol, parce que son cœur ne veut plus habiter ce corps, son poing fermé et levé est la marque de son ultime et vaine lutte.

Ils avaient tous la tête pleine de rêves mais les désillusions sont vite arrivées. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le déclin industriel s’est enclenché à cause d’une délocalisation des industries vers l’Ouest américain ou le Mexique. Des communautés se créent spontanément pour offrir une sorte d’entraide mais toujours compliquée car comme dit le proverbe : «quand il n’y a plus de foin au râtelier, les chevaux se battent ».

L’intégration et le déchirement se battent en duel dans cette pauvreté évidente ! Et qui dit pauvreté, dit mafia, pieuvre sourde et extrêmement présente à laquelle vous adhérez même si cela n’était pas votre intention de départ.

EXTRAIT

Au bout de trois jours qui lui semblèrent une semaine, ils le firent monter dans un bus miteux et le renvoyèrent à Camden, il marcha une heure et demie pour rentrer chez lui, le jour ne s’était pas encore levé, les transports en commun ne circulaient pas, et lorsqu’il arriva d’un pas lourd et entra dans la maison, il ne dit pas un mot, s’enferma dans la petite salle de bain, se lava, s’habilla, se coiffa et sortit de la maison deux heures plus tard pour déposer informations personnelles et empreintes digitales au bureau de poste le plus proche, comme s’il était un abominable criminel connu des services de police, ils lui retirèrent son ancienne carte d’identité, prirent de lui une nouvelle photographie pour qu’elle soit récente, et lui donnèrent en échange une pièce d’identité d’étranger originaire d’un pays ennemi, il devait l’avoir sur lui en permanence, qu’il pleuve ou qu’il vente, ils étaient un million cent mille étrangers, inscrits sur les registres du ministère américain de la Justice, à entrer dans la catégorie de l’ennemi, ils se trouvaient dans des camps de concentration ou circulaient librement dans le pays, soumis à un régime spécial, et tout dépendrait désormais de leur comportement docile et correct, présent et à venir, vis-à-vis de la nation et de l’état américain.

 

ETOILE JAUNEETOILE JAUNEMa note : 2/5

Ce que j’en pense…

 

 

Pourquoi seulement deux étoiles ? Parce que le style de l’écriture est particulier. Toutes les phrases sont extrêmement longues, remplies de virgules et on a hâte d’arriver au point. Cela peut paraître dérisoire mais ça ne l’est pas. La lecture est fatigante malgré ce sujet actuel très intéressant !

Vraiment dommage car ce premier roman de Kallia Papadaki, écrivaine grecque, relate les difficultés de l’immigration dans un pays qui cultive intensément l’art de la réussite. Prix littéraire de l’Union Européenne 2017 pour cette lecture née d’un contexte très pesant !

 

ETOILES NOIRES

 

SILLAGE

Titre français

Δενδρτες

Titre original

Autrice: Kallia Papadaki Traductrice : Clara Villain
Editions : Cambourakis Publication : mars 2019
Nombre de pages : 250 Coût : 20 euros
ISBN : 2366243936

Catégories :Auteur grec Littérature grecque Premier roman Rentrée littéraire 2019 Roman Romans sur l'immigration

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :