Menu Accueil

A la recherche de ses origines

 

Août 2011, la tempête tropicale «Irène» fait des ravages dans le Vermont au nord des Etats-Unis. C’est un véritable chaos, des personnes disparaissent.

Bonnie vit dans cette région, précisément à Heart Spring Mountain. Elle a toujours menée une vie de bohème, d’alcool et de drogue. Elle sait que la tempête est là mais comme elle vient de se faire un «shoot», les forces de la nature l’attirent. Elle sort de sa maison pour voir le ruisseau situé en bas de chez elle qui se transforme en torrent. Elle ne mesure pas le danger et se laisse emporter en marchant sur un pont comme un capitaine de bateau sur la proue de son navire en détresse.

Deb, sœur de Bonnie et ancienne hippie, prévient sa fille Vale qui vit à la Nouvelle-Orléans. Celle-ci est serveuse dans un bar. Elle a connu la drogue avec sa mère et s’est enfuie de chez elle pour échapper à cet enfer. Lorsque sa tante lui a téléphoné, elle regardait les évènements à la télévision.

Très rapidement, elle se rend sur place. Quelques générations avant, ce territoire appartenait aux indiens Abenakis. Vale a souvent demandé à sa mère si les femmes de la famille n’avaient pas des origines indiennes. Elle est persuadée que son arrière grand-mère Mary était une des leurs.

Ses relations avec Bonnie étaient si compliquées qu’elle n’est pas venue la voir depuis huit ans. Maintes et maintes fois, elle lui avait demandé d’arrêter la drogue. Bonnie n’y parvenait pas, complètement imbibée de ces substances depuis des années.

Vale s’installe dans une vieille caravane située chez sa grande-tante Hazel qui commence à perdre la tête. Deb veille quotidiennement sur cette dame âgée. Toutes les deux habitent au milieu d’une nature sauvage où leurs ancêtres s’étaient déjà installés pour faire fructifier la terre. Vale est submergée par tous les souvenirs de son enfance.

 

EXTRAIT

Vale est seule dans la caravane quand elle reçoit un appel de la police. Le chien d’un fermier a rapporté une chaussure de sport, une Reebok blanche qui correspond à la description de celles que portait Bonnie. Elle a été trouvée dans un champ en bordure de la rivière à l’est, à trois ou quatre kilomètres en aval du pont. Un inspecteur s’est rendu sur place, mais n’a rien découvert d’autre. « Impossible d’affirmer que cette chaussure est bien la sienne, déclare la femme au téléphone. Elle correspond aux descriptions, mais ce n’est pas une preuve formelle… »

Vale pense aux corps retrouvés après Katrina, décrits par Moe et Monty : boursouflés, dégageant une odeur terrible. Et elle pense aux coyotes. Aux coups de bec des buses. Aux corneilles noires.

 

4 ETOILESMa note : 4/5

Ce que j’en pense…

L’autrice, Robin MacArthur, est née et vit toujours dans le Vermont. Ce roman choral dégage une certaine mélancolie et cible les dégâts dûs aux changements climatiques, le devoir de préservation de notre planète, les convictions de liberté et d’échange des communautés hippies durant les années soixante, la disparition des tribus indiennes, la pauvreté, une certaine désillusion sur l’humanité…

L’ouragan, fil conducteur de cette histoire, nous emmène vers quatre générations de femmes de 1956 à 2011. Chaque chapitre a son protagoniste et son époque. Les personnages féminins sont déterminés, bohèmes mais très attachants. L’amour et la solidarité prennent la première place.

En cherchant sa mère, Vale partira à la recherche de ses origines pour découvrir les secrets, les non-dits d’une famille qui ont gâché la vie aux femmes des générations précédentes. Les hommes n’ont été présents qu’un moment et s’effacent au fur et à mesure du temps qui passe. Ceux qui restent sont instables et peu fiables.

Le lecteur ressentira l’ambiance lourde de la recherche des survivants, l’espoir de les retrouver mais aussi l’acceptation de ce que l’on ne peut pas admettre.

Le deuil fait partie de ces chemins de vies tortueux et un hommage peut être rendu à l’esprit de sacrifice et l’abnégation de ces femmes solitaires pleines de convictions qui résistent à un environnement difficile et magnifique.

Belle lecture !

 

ETOILES NOIRES

 

Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur

Traductrice : France Camus-Pichon (anglais des Etats-Unis) – Editions Albin Michel  Publication : février 2019 – Nombre de pages : 349 – ISBN : 2226322817

Catégories :Auteur Américain Littérature américaine Rentrée littéraire 2019 Roman

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :