Menu Accueil

Vivre sa vie…

 

Les années 80 nous mènent dans les vieux quartiers de Bari, ville des Pouilles du sud de l’Italie où la plupart des gens parlent encore un dialecte local. Le lecteur fera un bond de cinquante ans en arrière dans le temps. C’est là que vit «Malacarne» ou «mauvaise graine». Elle s’appelle en vérité Maria. Sa grand-mère, Antonietta, l’a affublée de ce surnom alors qu’elle n’avait que neuf ans. Pourquoi ? Parce qu’elle ne ressemblait pas aux autres. Petite, très menue, elle possédait déjà un regard perçant qui en disait long sur sa volonté à affronter la vie. Dans cette ville, on oublie le nom des personnes mais pas leurs surnoms.

La famille est pauvre. Le père, Antonio, est pêcheur. Tout le monde l’appelle Tony Curtis. Sa ressemblance avec l’acteur est frappante d’après le village. Marié avec Teresa, ils font tout ce qu’ils peuvent pour élever Maria et ses deux frères Giuseppe et Vicenzo. Antonio a un caractère violent avec sa famille, surtout envers son fils Vicenzo qui ne correspond pas aux critères d’un «bon fils» contrairement à Giuseppe qui donnera entière satisfaction à ses parents. Maria craint énormément le rude caractère de son père mais le voit aussi d’un œil différent depuis qu’elle a trouvé des livres qu’il cache dans la cave de leur maison.

A l’école, Maria est une bonne élève mais il est difficile pour elle de s’intégrer avec les autres filles de son âge. Elle n’a qu’un seul ami, Michele, fils d’une famille de truands détestée par tous. Le père officie comme le «boss du quartier» entre drogue et affaires louches. Lui est un garçon obèse qui rencontre des difficultés d’intégration différentes de Maria en supportant la méfiance qu’inspire son nom de famille. Ils vont se lier d’amitié et se soutenir dans les épreuves qu’ils rencontrent.

Malacarne travaille bien à l’école et un professeur la remarque. Il convoque ses parents pour qu’elle aille étudier dans un pensionnat qui l’amènera à l’université plus tard. Toute sa famille est fière d’elle. Michele lui avouera timidement son amour mais le père de Maria refusera catégoriquement d’en entendre parler. Il promet de le tuer s’il s’approche de sa fille. Entretemps, Vicenzo est mêlé à des affaires louches et va le payer très cher…

Maria part dans son pensionnat et reviendra dans son village sept ans plus tard. Elle se trouvera face à Michele, par hasard, lors d’une soirée…

 

4 ETOILESMa note : 4/5

Ce que j’en pense…

Le troisième livre de Rosa Ventrella Une famille comme il faut est le premier à être traduit en français.

S’il est évident que le cœur du roman est l’amour naissant entre Michele et Maria, l’autrice n’oublie pas les thèmes qui sont la réalité du sud de l’Italie comme la pauvreté, la violence, la religion et une place inexistante pour la femme dans une société patriarcale. Comment s’en sortir alors que l’on vit dans une ville où les mafieux sont vos voisins, où les surnoms donnés dès l’enfance vous enferment dans une case, où les secrets vous pourrissent la vie.

Maria fait partie d’une jeunesse qui veut échapper à la misère sociale tout en sachant qu’elle ne pourra pas s’en détacher complètement, comme si une force invisible voulait la ramener à chaque fois à la case départ. Elle désire plus que tout une autre vie et n’aspire qu’à devenir une femme indépendante et rencontrer l’amour sans jamais endosser le rôle de victime.

Dans ces pages, il s’agit aussi de l’amour inconditionnel d’une mère qui s’est fanée avec la dureté de la vie et qui fera tout pour que sa fille ne suive pas le même chemin. Pour l’héroïne, c’est un apprentissage de la vie, de l’amour, de l’amitié et une lutte pour ne pas traîner les mauvais côtés d’un héritage familial.

Rosa Ventrella a un style direct, explicite qui décrit bien la situation des villes du sud de l’Italie gangrenées par les mafias locales et engluées dans le poids des traditions.

ETOILES NOIRES

Une famille comme il faut de Rosa Ventrella – Titre original : Storia di una famiglia perbene – Traductrice : Anaïs Bouteille-Bokobza (italien/français) – Editions Les Escales – Publication : janvier 2019 – ISBN : 978-2-36569-421-6

 

 

 

Catégories :Auteur italien Littérature italienne Roman

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :