Menu Accueil

La banalité de l’horreur…

COUP DE COEURL’instinct de survie est-il inépuisable ?
HISTOIRE
« Laser boy », c’est ainsi que les parents de ce jeune diplômé Burkinabé l’avait surnommé.
Pour lui, l’Afrique est un vaste chantier éternel, exploité par différents pays et pour diverses raisons. Il procède à une analyse mondiale politique et sociale décapante.
C’est pour cette raison qu’il a compris que son avenir allait se réduire à une peau de chagrin s’il ne prenait pas de décisions. Avec des rêves plein la tête, il est déterminé à agir et, sans rien dire à ses proches, il prend la route.
Il partira pour une aventure qui se répète trop souvent : le rêve d’une Europe plus humaine. « Laser boy » n’est pas gourmand. Il veut juste trouver un emploi et un logement qui lui permettront de poser les bases d’une construction de vie.
Toutes ses économies s’engloutiront dans le racket des passeurs. Il s’en ira avec une candeur affichée, persuadé de trouver un monde meilleur. Il traversera, le Niger, le Mali, Le Maroc, la Libye et l’Algérie et rencontrera des âmes comme la sienne. Ensemble, ils seront confrontés à l’enfer du monde.
Tout lui sautera au visage : les camps de réfugiés, les djihadistes, les passeurs véreux, la violence, l’horreur, la terreur… Il n’a jamais évoqué les siens à qui que ce soit et se fait appeler « l’orphelin ». Ce surnom lui sauvera la vie.
Ses compagnons d’infortune, devenus sa famille, ne seront pas tous à l’arrivée avec lui, sauf « l’Ivoirien ». Ils ont réussi à surmonter l’insurmontable avec un instinct de survie exceptionnel. Ils ne parlent plus… de toute façon il n’y a plus rien à dire… leurs yeux sont secs.
COUP DE COEUR Ma note coup de cœur: 5/5
Ce que j’en pense…
Nous entendons tous parler de l’immigration, des embarcations précaires où les migrants s’entassent, le nombre de morts lors des naufrages. Les infos, les reportages à la télévision ou internet nous renseignent sur les tentatives de ces gens qui cherchent l’eldorado européen. Mais nous ne savons rien de la réalité journalière de cette population qui fait tant de kilomètres sans avoir la certitude d’arriver à bon port.
Ce livre, abordé avec beaucoup d’autodérision, apporte une dimension réelle à l’itinéraire suivi par les migrants avant de rejoindre l’Europe… et certains manquent à l’appel. L’immigration est un sujet qui fait débat mais au-delà de tout ça il y a des femmes, des enfants et des hommes.
Dans un style oral, cet ouvrage nous dévoile l’envers du décor. Sans vouloir culpabiliser qui que ce soit, l’auteur nous déballe son parcours avec ses mots, sa candeur, un sens de l’analyse étonnant et le tout avec humour parfois.
Premier roman auto-édité qui vous fera peur, sourire et même peut-être rire. Mais comme le narrateur, vous penserez que notre monde ne tourne pas rond !
La gueule de leur monde
Auteur : Abram Almeida
Editions : Paper Tales
Publication : juin 2018
Nombre de pages : 263
ISBN : 1983167118

Catégories :Auteur africain Coup de cœur Littérature africaine Premier roman Rentrée Littéraire 2018 Roman autobiographique Roman inspiré d'une histoire vraie Romans sur l'immigration

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :