Art et liberté

LA ROSE DE SARAGOSSESaragosse, l’Espagne des années 1485 : le père Arbuès, grand inquisiteur de Saragosse et du royaume d’Aragon est assassiné. Son cadavre est retrouvé dehors, vêtu d’une simple tunique… Les hauts magistrats de l’église sont furieux !
A la suite de cette disparition, le roi d’Espagne investit l’évêque Torquemada, membre de l’ordre des Dominicains, en tant que Grand Inquisiteur.
Des portraits, gravés d’une rose délicate en guise de signature, représentant la dépouille du père Arbuès sont placardés dans toute la ville. Torquemada offre une prime plus importante à ceux qui retrouveront l’auteur de ces dessins plutôt qu’aux meurtriers. Il hait les artistes car leurs œuvres disputent à l’église l’emprise qu’elle a sur les âmes réduisant ainsi son pouvoir.
Angel de la Cruz, ancien noble déchu, sera mandaté par Torquemada pour enquêter et démasquer les coupables.
Cet homme, accompagné de son chien Cerbero, a l’air d’un pauvre vagabond mais tout le monde le connait et le craint. Il est connu pour travailler avec les gens de l’inquisition mais porte en lui un lourd secret.
Mise à prix pour un dessin dans une atmosphère de chasse aux sorcières ! Tel est le but de cet ancien noble habillé en manant et accompagné de son chien qui n’est féroce qu’avec certaines personnes.
Lors de son enquête, il se rendra chez Ménassé de Montessa, juif converti et amateur de tableaux et de livres. Il y rencontrera Léa, sa fille, et sera subjugué par sa beauté et son audace. Cette jeune femme a grandi dans l’amour de la lecture et de l’art. Il ne sait pas encore qu’ils partageront une passion commune. Léa et Angel seront tour à tour partenaires, ennemis mais ils se serviront de leur art pour obtenir leur liberté.
Ma note : 4/5 
Ce que j’en pense…
La répression qui a eu lieu entre 1480 et 1500 fut terrible. L’inquisition espagnole fût dirigée vers les juifs et les musulmans récemment convertis dont Torquemada était issu. Environ deux mille personnes furent brûlées vives à cause de lui.
Torquemada a bien existé et les personnages de fiction qui l’accompagnent illustrent l’ambiance délétère qui accompagnait les moments de vie de l’époque.
L’art et la culture sont une arme. L’inquisition a cherché à dominer la société. Elle voulait absolument museler la liberté d’expression de leurs porte-paroles qu’elle considérait comme subversifs.
Sur un fond historique très documenté, cette lecture, malgré les horreurs des circonstances, est très agréable. Le lecteur s’attachera aux protagonistes de cette histoire qui défendent la liberté, l’art, la culture, des valeurs chères à nos cœurs !
La rose de Saragosse
Auteur : Raphaël Jerusalmy
Editions : Actes Sud
Publication : Janvier 2018
Nombre de pages : 190
ISBN : 978-2-330-09054-8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s