Menu Accueil

Question indienne au Québec

1981 : guerre du saumon au Québec.
Les Mi’gmaq sont des indiens de la réserve de Restigouche située en Gaspésie au Québec.
Ils se nourrissent de la pêche au saumon. Une loi leur en restreint les quotas. Le 11 juin 1981, trois cents policiers investissent leur réserve et saisissent tous les filets. Ils s’en suivra des émeutes.
Océane, 15 ans, vit dans cette réserve. Ce même jour, elle se trouve dans le bus scolaire qui la ramène à la maison et celui-ci s’arrête sur le pont qui traverse la rivière. Les policiers de la sûreté du Québec l’ont bloqué. Elle s’enfuit pour rejoindre sa famille mais se retrouvera agressée, violée et abandonnée par des policiers véreux au bord de l’eau.
Yves Leclerc, garde-chasse, a démissionné pour ne pas intervenir de nouveau à la réserve contre les indiens. Il est contre cette violence. C’est lui qui découvrira Océane en rejoignant sa maison au milieu des bois. Il met cette jeune fille à l’abri chez lui et va chercher son ami William, un Mi’gmaq, qui connait le secret des herbes médicinales. Elle a besoin de soins.
Lorsqu’ils reviennent tous les deux dans la maison d’Yves, ils découvrent Océane ligotée sur une chaise et deux hommes armés.
Ce n’est que le début d’un roman noir qui nous entraînera sur un chemin de violences policières, de manœuvres politiques contre les Amérindiens et des moyens de colonisation nord-américaine envers les autochtones.
Entreront dans le jeu de cette intrigue, Caroline, une jeune enseignante française originaire du Sud-Ouest qui se retrouvera face à des événements glaçants, Pierre Pesant, expert à la Commission des Droits de la Personne et Nadine, une jeune journaliste. Le côté dark de la nature humaine verra le jour au travers d’un de ces trois personnages…
Ma note : 4/5 
Ce que j’en pense…
 
Inspiré de faits réels, ce roman sur fond social et historique est une histoire de luttes, de pêche et d’amour étalée sur soixante-sept chapitres courts et précis qui amènent tous les protagonistes à se retrouver en fin d’intrigue.
Il donne aussi à Eric Plamondon, l’occasion de nous parler de l’origine du peuple Mi’gmaq, de leur vie, de ce qu’ils considèrent comme des droits acquis et de la colonisation des territoires effectuée par les Blancs.
Les émeutes de Restigouche furent le préambule à la crise d’Oka survenue neuf ans plus tard opposant le gouvernement québécois et canadien aux Mohawk. Cette fois-ci, ce sera une guerre de terre et non de rivière.
Taqawan est un mot de la langue mi’gmaq. C’est un saumon qui revient dans sa rivière natale pour la première fois après avoir passé un temps certain en mer. Depuis l’océan, il retrouve toujours la route pour rentrer chez lui.
Taqawan
Auteur : Eric Plamondon
Editions : Quidam éditeur
Publication : novembre 2017
Nombre de pages : 196
ISBN : 9-782374-910789

Catégories :Littérature canadienne Roman inspiré de faits réels

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :