Menu Accueil

Justice

OISEAU MOQUEURDescendant d’une grande famille, Atticus Finch est avocat à Maycomb, petite ville de l’Alabama au cœur d’une Amérique sudiste ségrégationniste.
Il s’occupe de ses deux enfants, Jem, douze ans et Scout, huit ans. Calpurnia, une domestique noire intégrée à la famille, est à son service depuis le décès de sa femme, décédée d’une crise cardiaque.
Jem et Scout passent leur vie entre leurs amis, les gâteaux de Calpurnia et l’amour de leur père. Avec leur copain Dill, ils tournent toujours autour de la maison des Radley. Une demeure étrange où l’un des fils, Boo Radley est enfermé depuis qu’il a fait un mauvais coup lors de sa jeunesse. Tout le monde dit qu’il est fou, certainement fou de solitude …
Un jour, à l’école, Scout, une enfant très bagarreuse, cogne un autre élève lorsque celui-ci lui rapporte que son père défend les nègres. Dès son retour à la maison, Atticus lui explique, qu’effectivement, il doit défendre un homme noir qui est accusé de viol sur une jeune fille blanche.
Les faits de cette agression se sont déroulés très rapidement. Le père de la victime, Bob Ewell, a été alerté par les cris de sa fille de dix-neuf ans, Mayella, en rentrant chez lui un soir. Il a vu un homme noir s’enfuir. Cet agresseur aurait violé et frappé sa fille. Celui-ci est arrêté très rapidement et Bob Ewell porte plainte contre lui.
La ville est très partagée sur le déroulement de ces événements. Le frère et la sœur d’Atticus craignent des représailles contre lui car  un avocat qui défend un homme noir… c’est un problème. Les ennuis ne sont pas loin… L’heure du procès se fait attendre et, effectivement, Atticus est menacé.
Cette affaire enflamme toute la ville et l’avocat est mis en scène dans une satyre du journal local. Jem et Scout se sentent blessés par les attaques dont leur père fait l’objet. Pendant le procès, Atticus met à mal le jeu de la défense adverse. Avec habileté, il laisse entrevoir que la jeune fille et son père auraient menti. Bob Ewell est un homme violent et sans instructions. Sa fille, aînée d’une fratrie de neuf enfants a une place de bonne à tout faire dans ce simulacre de famille.
Tout prouve que l’accusé est innocent mais le jury rend son verdict et le condamne à la peine capitale même si un des jurés a vraiment hésité avant de rendre sa décision. La parole d’une personne de couleur n’avait pas grande valeur dans ces années là.
Le procès étant terminé, la ville reprend peu à peu son calme sauf que Bob Ewell, le père de la victime, haineux envers les noirs, haineux envers ceux qui prennent leur défense, haineux envers les riches, haineux envers la terre entière planifiera son acte de vengeance…
Ma note : 4/5 
Ce que j’en pense…
Classique de la littérature américaine, le livre d’Harper Lee, publié dans les années soixante est une dénonciation sur la ségrégation et l’intolérance aux Etats-Unis à cette période. Ce roman, non épargné par différentes critiques a obtenu un franc succès au niveau international !
Les personnages sont très attachants. Atticus, avocat intègre et bienveillant se fait parfois payer en légumes, poulets, gâteaux ou autres choses de la vie quotidienne. La grande crise boursière de 1929 étant passée par là, les gens connaissent de grandes difficultés financières. Son fils, Jem, se révolte face au racisme primaire et sa fille, Scout, insolente, courageuse, curieuse et attachante vole toujours au secours de son père lorsqu’il rencontre des difficultés. Avec Dill, le garçon de cœur de Scout, ils forment le trio des Trois mousquetaires : Tous pour un et un pour tous !
Cette histoire nous amène au cœur de la défense des droits civiques. Les enfants sont confrontés à l’injustice d’un monde inconnu pour eux. Où s’arrête l’enfance et où commence le monde des adultes ? Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est une plaidoirie pour la justice.
Ce livre a été interdit dans certaines écoles et enseigné dans d’autres. Certaines personnes éprouvaient-elles un malaise face à une criante vérité ?
Au sujet de ce roman, il a été rapporté qu’un écrivain du nom de Truman Capote, que nous pouvons retrouver dans le livre Les cygnes de la cinquième avenue de Melanie Benjamin sur le blog, aurait apporté une aide à la rédaction de cette œuvre. Beaucoup de choses ont été dites sur ce livre sous prétexte que les deux auteurs étaient amis d’enfance.
Afin de préparer la rédaction de son livre De sang froid, Truman Capote eut besoin d’enquêter sur un fait divers et demanda à son amie, Harper Lee, de l’appuyer pour établir des contacts avec la population locale…
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est paru en 1960, De sang froid en 1966. La dernière interview d’Harper Lee date de 1964. Il est dit qu’ensuite elle conserva le silence, ayant été traumatisée par les dégâts de la célébrité faits sur Truman Capote après la sortie de son livre mais aussi parce que celui-ci avait sous estimé l’implication de son amie dans la réalisation de son œuvre. Quoiqu’il en soit, ce roman fait couler beaucoup d’encre depuis plusieurs décennies !
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (titre français)
To kill a mockingbird (titre américain)
Auteure : Harper Lee
Traductrice : Isabelle Stoianov (anglais des Etats-Unis)
Editions de Fallois
Publication : Août 2006
Nombre de pages :347
Prix Pulitzer en 1961 et adapté au cinéma aux Etats-Unis avec Grégory Peck dans le film Du silence et des ombres en 1962 et sorti en France en 1963.

Catégories :Roman

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :