Menu Accueil

Arme de destruction mentale

LES FILLES DE ROANOKEAprès le suicide de sa mère, Lane, 15 ans, est envoyée chez ses grands-parents, Yates et Liliann Roanoke. Elle ne les connait pas. Ils deviendront ses tuteurs.
La vie semble douce dans ce domaine familial au sein de la petite ville d’Osage Flats située dans le Kansas.
Les années où Lane a vécu avec sa mère ont été parfois chaotiques. Celle-ci souffrait de dépression, buvait, se droguait et cauchemardait si souvent ! Lane avait parfois l’impression que sa mère l’aimait autant qu’elle la détestait.
En arrivant dans la demeure de ses grands-parents, elle est animée par l’idée de découvrir ses racines.
EXTRAIT
Je savais que ma mère était originaire du Kansas, bien sûr. Qu’elle avait grandi dans une maison qui avait un nom, comme une personne, comme une entité vivante. Mais je n’avais jamais rencontré les membres de sa famille. Ils ne nous rendaient jamais visite, ne téléphonaient jamais, n’écrivaient jamais. Je les avais crus morts ou désireux que nous le soyons.
Lane trouve une aisance de vie plus agréable. Son grand-père, Yates, est encore un bel homme, grand, protecteur avec une voix si enveloppante ! Sa grand-mère, Liliann, est beaucoup plus discrète, trop peut-être.
Elle fait la connaissance de sa cousine Allegra qui a un caractère cyclothymique lui rappelant sa mère. Celle-ci lui apprend que le destin des filles de Roanoke est souvent tragique.
EXTRAIT
Allegra virevolta avec un sourire un peu trop épanoui.
— Les filles Roanoke ne font jamais long feu ici.
Elle s’éloigna en sautillant dans le couloir et dit d’une voix s’affaiblissant au fur et à mesure, comme si nous étions aux deux extrémités d’un tunnel :
— En fin de compte, soit nous fuyons, soit nous mourons.
OoO
Lane s’enfuira car elle découvrira que quelque chose de malsain a pris racine depuis des années dans ce foyer qui donne une image de famille idéale. Elle supplie sa cousine Allegra de partir avec elle, mais celle-ci refusera.
EXTRAIT
Elle s’était aperçue que Lane lui manquait comme elle ne lui avait pas manqué depuis des années. Dans ses rêveries, sa cousine franchissait la porte et savait exactement quoi faire. Elle lui donnait la force de s’en aller, d’offrir une vie différente à son enfant. Ou alors elle restait auprès d’elle, brisant sa solitude. A deux, c’était supportable. Mais la réalité s’immisçait toujours dans ses chimères et Allegra devait accepter l’idée que Lane était partie, comme toutes les autres filles de Roanoke, et qu’un bébé ne suffirait pas à la faire revenir.
Dix ans plus tard, Lane apprendra que sa cousine a disparu. Elle reviendra à Roanoke car elle se sent coupable de l’avoir abandonnée en s’enfuyant. Elle veut comprendre son absence. Est-elle morte comme toutes les autres femmes ou filles de cette famille à l’aspect tranquille ?
EXTRAIT
Ses yeux d’ordinaire brillants sont éteints. Il a la peau flasque. Avec la mort d’Allegra, la vérité sur sa vie, il a perdu quelque chose. Peut-être sa capacité à croire qu’on peut toujours tout arranger. Il s’avère que certaines choses ne sont pas du domaine du réparable, même pour Tommy.
Mon avis
Ma note : 3/5
On ne choisit pas sa famille ! Bienvenue dans le monde de Barbe-Bleue !
Ce ranch au fin fond du Kansas, un open-bar de la manipulation, semble être une «fabrique à victimes». Toutes ces filles, ces femmes se font écraser par un homme qui est tellement sûr du bon-droit de sa folie, qu’il marque ses victimes au fer rouge sur plusieurs générations. La malédiction dégouline des murs de cette demeure et pèse sur les naissances à venir. L’espoir d’une protection par la figure maternelle de la grand-mère semble totalement absurde car elle participe elle-même à ce processus diabolique.
Il n’y a qu’une seule solution : la fuite. Thriller psychologique qui vous tiendra en haleine car le « non ! ce n’est pas possible ! » vous reviendra en tête plus d’une fois au cours de cette lecture. Les filles de Roanoke est une histoire sombre qui traite de sujets tabous et sensibles. L’auteure, Amy Engel a bien mené le développement de son thriller.
Le motif du malaise de cette famille se devine rapidement mais l’ampleur du phénomène vous laissera un sentiment d’écœurement tant il s’étale sur des générations ! C’est ce qui m’a freinée dans la notation attribuée à ce livre.
Les filles de Roanoke
Autrice : Amy Engel
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mireille Vignol

Parution : Juin 2017

Editions Autrement

EAN : 9782714474230

ISBN : 2746744724

Nombre de pages : 320

Catégories :Auteur Américain Littérature américaine Thriller psychologique

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :