Menu Accueil

Chute passionnelle

LES FURIESCOUP DE COEURCoup de coeur pour Les Furies, le troisième roman de Lauren Groff, écrivaine américaine, nous fait voyager jusque dans la Floride des années 1980 … Naissance de Lancelot Satterwhite, surnommé «Lotto». Il est beau, riche, américain, choyé par son père, Gawain, patron d’une usine d’embouteillage qui commercialise l’eau de source de ses terres.
Gawain est un père plein d’amour pour son fils, amour qu’il n’a pas reçu pendant son enfance à lui. Il faisait partie d’une famille de taiseux. La mère de Lotto, Antoinette, se déguisait en sirène pour des shows aquatiques. Elle veut faire de sa progéniture un grand homme. Et pour clôturer le portrait familial, nous avons la sœur de Gawain et tante de Lotto, Saillie, qui s’occupe de l’intendance de la maison. Elle reste très attentive au confort de son neveu. Bref, ce garçon vit dans un cocon jusqu’à la mort soudaine de son père lorsqu’il a 13 ans.
EXTRAIT
« Sa mère était très belle à l’époque, et son père était encore de ce monde. L’été, fin des années 1960. Hamlin, en Floride. La demeure au milieu de la plantation était flambant neuve, il y avait encore des étiquettes sur les meubles. Les volets n’avaient pas été vissés et quand la tornade passa la première fois, ce fut un fracas d’enfer.
Ensuite, une éclaircie. Les gouttes de pluie dégoulinaient des orangers amers. Pendant cette accalmie, l’usine d’embouteillage grondait sur deux hectares des terres familiales. Dans le couloir, deux femmes de chambre, la cuisinière, un paysagiste et le chef d’équipe de l’usine se pressaient, l’oreille collée à la porte. Dans la chambre, Antoinette se débattait entre les draps blancs, tandis que l’énorme Gawain maintenait sa tête brûlante. Sallie, la tante de Lotto, s’était accroupie pour attraper le bébé. »
Lotto, marqué par cette disparition, ne trouve plus sa place et c’est la chute. Il commence par avoir de mauvaises fréquentations. Il sera envoyé en pension par sa mère qu’il ne verra plus pendant des années. Il souffre beaucoup de ne pas pouvoir rentrer chez lui mais il finira par se lier d’amitié avec d’autres pensionnaires, tous issus de familles riches comme lui. L’entrée à l’université signera pour lui une période d’excès. Il peaufinera ses connaissances en matière de drogues ainsi que son pouvoir de séduction. Toutes les filles lui tombent dans les bras et cela le rend heureux.
La valse incessante de substances en tous genres et de conquêtes ne s’arrête pas jusqu’au jour où, lors d’une soirée d’étudiants, il rencontre Mathilde.
D’elle, on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’elle est française et qu’elle n’a pas ou plus de famille. Mathilde est-il son vrai prénom, on ne sait pas, mais peu importe ! Les deux jeunes gens se rencontrent lors d’une fête à l’université. Elle fait du mannequinat pour payer ses études.
Au premier regard, Lotto sait que c’est la femme de sa vie, c’est LE coup de foudre. Il la demande en mariage. Elle accepte dans un éclat de rire. Leurs amis, envieux de leur couple, parient sur un divorce rapide mais ils se trompent.
EXTRAIT
« Ils s’appelaient Lotto et Mathilde. L’espace d’une minute, ils contemplèrent une mare remplie de créatures pleines d’épines qui, en se cachant, soulevaient des tourbillons de sable. Il prit son visage entre ses mains et embrassa ses lèvres pâles. Il aurait pu mourir de bonheur en cet instant. Il eut une vision, il vit la mer enfler pour les ravir, emporter leur chair et rouler leurs os sur ses molaires de corail dans les profondeurs. Si elle était à ses côtés, pensa-t-il, il flotterait en chantant. Certes, il était jeune, vingt-deux ans, et ils s’étaient mariés le matin même en secret. En ces circonstances, toute extravagance peut être pardonnée. »
Mathilde et Lotto formeront un couple soudé, fusionnel, passionné. Lotto veut devenir acteur mais réalise qu’il n’en a pas toutes les qualités et se réoriente dans l’écriture de pièces dramatiques. C’est elle qui fait vivre le couple en travaillant dans une galerie d’art. Elle croit en lui, elle sait qu’un jour il sera connu. Elle s’efface pour lui, elle est amoureuse. Il devient célèbre à Broadway. Toujours là pour lui, elle le soutient, elle relit toutes ses pièces. Mais la vie ne s’écoule pas si simplement …
Lors d’un séjour dans une résidence artistique, au moment des 40 ans de Lotto, une sorte « d’interlude », de « blanc » s’instaure dans leur relation. Une certaine fatigue qui manque de créer la rupture. Imperceptiblement, il s’éloigne de sa femme. Il travaille sur un projet d’opéra avec Léo Sen rencontré lors de cette réunion d’artistes. Sans comprendre pourquoi, Lotto est subjugué par ce jeune musicien bardé d’un profond mal-être intérieur dont il ira se débarrasser dans des eaux glacées. On sent le drame …
Le couple survivra, jusqu’au jour où un ami de longue date lâche une petite phrase au détour d’une conversation. Vous savez, la petite phrase qui met le ver dans le fuit … la petite phrase assassine qui sème le doute dans l’esprit de Lotto, lui qui considère Mathilde comme une icône.
EXTRAIT
« Ils grimpèrent à travers les rochers pour retourner à la maison qu’ils avaient laissée allumée dans le crépuscule.
Une unité, un couple constitué d’éléments distincts. Lotto parlait fort, il rayonnait ; Mathilde était discrète, aux aguets. Il était facile de croire que Lotto représentait la meilleure moitié, celle qui donnait le ton. Certes, tout ce qu’il avait vécu jusqu’ici l’avait solidement destiné à Mathilde. Certes, si sa vie ne l’avait pas préparé pour le moment où elle avait fait son entrée, leur couple n’aurait jamais existé. »
Dans la seconde partie de ce livre, nous allons assister à un festival de rebondissements, c’est la réécriture de la vie du dramaturge Lancelot qui n’aurait jamais pu émerger sans son épouse, sa muse. Retour sur le passé de Mathilde qui nous amène sur la désintégration d’un couple parfait après 23 ans de vie commune et son effacement afin de laisser à Lotto sa place au soleil.
Pour lui, tout était beau, léger, la tête dans les nuages … pour elle il lui restait les moments d’ombre, de silence, d’attente et de tous les sacrifices endurés pour subvenir aux besoins de son grand dramaturge. La beauté se fissure, le malaise est là … Mais qui est Mathilde ? A t-elle des comptes à solder ? Nous nous retrouvons face à une personnalité complexe avec des vies différentes, un personnage à deux visages.
L’auteure, Lauren Groff, dissèque les signes avant-coureurs d’une chute vertigineuse, d’un couple avec les différences d’appréciations entre un homme et une femme. Un plongeon dans l’univers d’un artiste complètement centré sur lui-même, amoureux fou de sa femme sans rien connaître d’elle, amoureux d’une image idéale.
Dans cette histoire parsemée de coups de théâtre, nous observons le rêve américain s’effriter … C’est un roman sur les relations amoureuses et les relations d’enfance nous laissant apercevoir que la société se cherche des valeurs.
Parmi les principaux protagonistes, nous en avons un qui reste parfois caché mais omniprésent durant tout le récit. Celui de la mère de Lotto, Antoinette qui, dans l’ombre, tire les ficelles de la vie de son fils et de celle de Mathilde au fil des années. Dans cette histoire, la femme de Lotto a un rôle effrayant et imprévisible mais cela n’enlève pas les qualités d’Antoinette qui, au fil de la vie épaissit ses noirceurs et s’enferme corps et âme dans un monde créé de toutes parts à l’insu de son fils.
COUP DE COEUR Ma note coup de cœur : 5/5
Ce que j’en pense…
Le titre original du livre de Lauren Groff, Fates and Furies (Fortune et Furies) en anglais, plante de façon plus exacte le décor en deux parties de ce roman. Le chiffre 2 … 2 comme un couple amoureux et fusionnel.
Nous observons dans ce récit la confrontation de points de vue sur plusieurs aspects d’une relation amoureuse idéalisée. Au départ, un coup de foudre normal, une jolie histoire comme dans les romances. Ensuite une relation particulière, composée de passion, de réussite, de dissimulation et parfois de manipulation. Une danse étrange de l’amour qui laisse à penser que la première partie est menée par Lotto. On s’y ennuie un peu d’ailleurs. L’archétype de l’homme grand, beau, riche qui veut devenir acteur puis dramaturge et pour clôturer le tout qui séduit les filles plus vite que son ombre … c’est un peu lassant non ?
Par contre dans la deuxième partie du livre, son épouse Mathilde donne un sérieux coup d’accélération et d’intérêt à la lecture ! Son personnage est absolument à l’opposé de ce qu’elle veut laisser paraître et même si certaines choses vous offusquent … vous la comprendrez et la pardonnerez. Mathilde a un instinct de survie bien développé !
Les Furies vous laissera entrevoir ce qui se cache derrière les apparences d’une histoire d’amour. Il y a ce qui ne se voit pas, ne se dit pas et ne s’entend pas. Vous deviendrez voyeur de la vie de d’un couple qui entretient aussi bien des rapports simples que tordus. Vous aurez même la sensation d’assister à une pièce de théâtre ! Mais attention, les masques tombent !
Les Furies 
Auteure : Lauren Groff 
Titre original : Fortune and Furies
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau
Publication : janvier 2017
Editions de l’Olivier
430 pages
ISBN : 2823609458
Grand prix de l’héroïne Madame Figaro-Roman étranger 2017

Catégories :Auteur Américain Coup de cœur Littérature américaine Roman

Tagué:

Bookiners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :